mercredi 7 novembre 2007

Il n’y a pas de raison que les prix augmentent !

Les prix des produits dérivés des hydrocarbures ainsi que ceux de l’électricité et de l’eau augmentent dans un pays producteur de pétrole et tout paraît normal pour nos décideurs !

La production et la consommation semblent être deux mondes différents comme si l’Etat, qui reçoit les recettes et engagent les dépenses, n’est pas un et un seul.
Les membres du gouvernement excellent ces derniers temps à qui trouve la meilleure formule pour expliquer l’augmentation des prix.

On sort la vieille chanson du temps de Taya de la comparaison avec les pays voisins du sud et tout le monde est fier à la fin des différentes conférences de presse et se congratule…
Ce fût la première fois pour les produits de première nécessité avec le ministre des finances et celui du commerce, puis le tour de l’ancien opposant titulaire du porte-feuille de l’énergie de défendre l’augmentation des prix de l’électricité et de l’eau avec juste une note, dit-on sociale, (arrachée sans doute de longue lutte…), celle de faire payer plus les riches que les plus pauvres (ou plutôt ceux qui consomment moins même s’ils sont seuls et richissimes)… Et maintenant, c’est le tour de l’essence, du gas-oil, du gaz domestique etc.
Bien! Allons voir ces justifications simplement, sans rentrer dans des considérations fausses et vilipendées, quand ça arrange, de la mondialisation responsables de tous nos maux.
On dit que les prix du pétrole raffiné, que nous achetons, ont augmenté et ainsi donc les prix pour le citoyen doivent augmenter. Très simple comme raisonnement!
On oublie ou on veut oublier que la Mauritanie est producteur de pétrole (même si ce n'est que 15 à 20 000 b/j actuellement) et que nous gagnons plus aussi avec l'augmentation des prix de l'or noir même s'il y a un décalage dans le temps entre l’extraction et la vente (3 mois en moyenne).
Il est logique que le surplus gagné en vendant notre pétrole compense l'augmentation des prix des hydrocarbures achetés et ainsi il ne doit y avoir aucune répercussion sur le citoyen voire même, pourquoi pas, une baisse de des prix...

Je n’ai pas fait le calcul de la plus-value faite mais elle doit être largement supérieure à l’augmentation de dépenses enregistrées.
Je laisse nos amis économistes nous faire le point avec plus de précision.
Et puis dans les fameuses comparaisons avec les pays voisins, héritées de l’ère de la dictature dans laquelle la plupart des responsables politiques actuels ont fait école, il ne faut pas oublier de dire que le Sénégal et le Mali (les exemples pris, je crois) ne sont pas producteurs de pétrole... Faîtes cette comparaison aussi, chers décideurs, merci !
Un responsable politique et notamment un ministre, un PM et à plus forte raison un président sont là pour trouver des réponses équitables aux problèmes des citoyens sinon ils doivent démissionner et laisser leurs places.

Les syndicats doivent se réveiller enfin, la rue doit s’exprimer.

L’augmentation des prix n’est pas une fatalité comme la médiocrité de nos dirigeants politiques…

Yanis