lundi 16 juillet 2007

Droit de réponse à Amar O. béjà

A mon retour de vacances, je suis accueilli par une diatribe à l'encontre du Net et des netteurs mauritaniens, lancée par Monsieur Béjà intitulée "Répugner le Net "sur Cridem ( Au passage un prix sera décerné à celui qui nous expliquera le sens de ce titre).

cela commence par des généralisations en veux-tu, en voilà. D'après ce monsieur tous les forums et sites mauritaniens au mieux sont "communautaristes jusqu'à la lie", au pire font l'apologie de la haine raciale.
"Il est terriblement triste de lire des conneries et des insultes entre Mauritaniens sur des bases qui sont loin d’être honorables pour le pays." parce qu'il existerait des insultes sur des bases honorables???

j'apprends que "Les Mauritaniens ne sont pas obligés d’être tous d’accord sur une option ou sur une autre." encore heureux!

je vous demande humblement d'expliquer à l'écrivaillon que je suis le sens de ce paragraphe, car je suis un tantinet dépassé par cette pensée profonde
"Trahir son pays n’est pas seulement le vendre à l’étranger, nouer des relations diplomatiques avec telle entité honnie ou tel autre Etat répugné, détourner les derniers publics, faire l’apologie, pratiquer la discrimination."
j'excuse le fameux "derniers publics" car c'est un lapsus très révélateur , vu que ce sont les derniers deniers qui ont été détournés, et il ne nous en reste plus.
l'apologie de quoi?? de la discrimination ??

"La plupart des auteurs que nous incriminons ici sont ceux qui écrivent par des prête-noms. Ils sont tellement lâches qu’ils n’osent même pas assumer les propos qu’ils tiennent. Nous imaginons qu’ils sont hypocrites et ignares."

Monsieur Béjà parlez-vous au nom de toute la profession journalistique ou est-ce simplement un "nous" majestueux auquel nous avons droit?

"Un homme vrai, est un homme qui tient ouvertement un propos qu’il est capable d’assumer. Se cacher derrière un pseudonyme et insulter tout un peuple, traîner dans la boue tout un pays et consacrer toute son énergie à opposer les Mauritaniens sur des bases racistes et sectaires est indigne et vil"

Auriez-vous besoin de mon nom pour qu'on aille régler ça dehors?
je vous rappelle que le principe du débat d'idées est celui de "elssan belssan ew layd makrouve"(la langue pour la langue et la main recroquevillée)

plus sérieusement ce n'est pas la première fois que nous essayons, à canalh, d'expliquer cette histoire d'anonymat à des journalistes qui s'entêtent à ne pas vouloir comprendre .
la plupart de ceux qui écrivent sur canalh par exemple ont commencé sur le blog de xouldy, pionnier en la matière à une période où la liberté d'expression n'était pas notre fort.
ne vous en déplaise les écrivaillons que vous traitez de lâches ne manquent pas de courage voire d'abnégation.
ils s'effacent eux même pour véhiculer une idée, le nom chez nous supposant toujours une communauté, une ethnie parfois même une tribu voire une caste.
ces écrivaillons ne sont pas des professionnels, les textes spontanés qu'ils "commettent"(?) manquent de formalisme.
ils ne sont pas payés et sont donc toujours motivés par une conviction personnelle.
qu'on soit ou non d'accord avec eux, ça reste tout à leur honneur.
ils ne sont que le reflet de notre société, on y trouve de tout, du très bon, du bon, du moins bon et du carrément mauvais.
sur la plupart de ces sites un espace commentaire est ouvert c'est un espace de discussion et de rapprochement.

ces sites qui semblent vous donner la nausée ont pourtant une grande audience, canalh qui n'en est ni le plus ancien, ni le plus fréquenté génère tout de même entre 45.000 et 50.000 visites par semaine et près de deux cent commentaires/sem.
statistiques qui feraient pâlir plus d'un journal local.

Sidioca et ZZ que vous citez, sont nos dirigeants. il est de notre devoir de leur dire ce que nous pensons de leur politique.
de "tirer sur eux" quand ils bougent, encore plus quand ils ne bougent pas.

"le privilège des cocus" comme dit souvent le fou de Maatala.

LM