mardi 3 avril 2007

les acquis de la transition

Conscient du caractère historique de la période que nous traversons, je constate quelques points lumineux sur le tableau resté noir durant des décennies.

l'avancement progressif mais sûr de notre pays dans le respect des engagements pour passer en douceur le pouvoir aux autorités démocratiquement élues dans la bonne et due forme (la passation, l'élection à un degré moindre vu l'influence des gros électeurs en amont!) est en passe d'être acquis. je constate aussi un autre avancement important illustrant que les acteurs mauritaniens sont prêts à jouer le jeu-démocratie : reconnaître les résultats proclamés en toute sportivité et tourner rapidement la page et passer à autre chose.

ces avancements ô combien précieux pour préserver l'avenir se manifestent aussi par plusieurs faits que je cite sans trop revenir en arrière :

- organisation des élections présidentielle sans reculer l'échéance

- absence de fraudes sauvages (bourrage des urnes, etc), supervision des observateurs nationaux et internationaux

- non élection du président dès le 1er tour, une première dans le monde arabe .. auquel nous n'appartenons pas à 100% (j'en profite rapidement au passage)

- félicitations adressé par le camp perdant au président élu, ce qui dénote un esprit de fair play chez le candidat malheureux.

- et enfin la démission comme prévu du gouvernement de transition après avoir présenté son bilan.

Actuellement, la balle est dans le camps du président fraîchement élu, à lui de décider son propre devenir et en partie le devenir de toute la mauritanie. bientôt Sidi sera officiellement président d'un pays mais n'importe quel pays. un pays fatigué sur le plan économique, sociale et moral.

un pays qui vit grâce aux dons des institutions internationales et qui est menacé (en sa partie rurale et bidons ville) par le spectre de la famine à chaque fois où le ciel (la pluviométrie) ne gratifient pas nos campagnes des quelques mm nécessaires pour nos pâturages et à la survie de notre bétail.

malgré le caractère d'urgence et la situation pitoyable de nos finances, notre pays est toujours dangereusement exposé aux pillages et à l'enrichissement illicite des individus symboles du régime déchu et qui ont su garder l'appétit très grand voire monstrueux.

il se trouvent aujourd'hui que ce président fraîchement élu est en captivité voulu (ou pas) et sous la main mise de ce cercle d'influence. je me demande encore quelle serait-elle sa marge de manoeuvre ? saura-t-il se rebeller et aura-t-il les moyens caractériels c-à-d le courage ?

lors du débat radiotélévisé, il a été question de lutte contre la pauvreté, et le candidat élu (Sidi) a promit de cartographier (il faudra passer à la techno numérique lol) les région les plus touchée par ce fléau. donner des statistiques fiables sur le phénomène, est important, réagir sur le terrain est toujours mieux.

la question de fuite de cerveaux (et des bras .. les uns sont aussi nécessaires que les autres) a été furtivement abordée. la fuite vers des pays étrangers y compris des pays très pauvres (comme le Niger, Sidi lui-même !) où l'individu mauritanien pourra retrouver sa dignité perdue à force de pratiques exclusoires et humiliantes longuement exercées par le pouvoir déchu. la question a été soulevé sans y répondre vraiment.

par des mesures concertes, courageuses et simples (pas besoin de miracles !) favorisant la compétence et le mérite, notre pays peut inverser le sens du mouvement migratoire de ses fils dont il a pitoyablement besoin. inutile de dire que le besoin est mutuel, mais certains sont parvenu à se faire une place au soleil ailleurs avec beaucoup de dignité et de respect et ce après avoir constater que les portes du pays leurs étaient hermétiquement closed. nous sommes très attentifs aux mesures et dispositions qui pourront convaincre que cela connaîtra un changement ..

La pauvreté peut être définie en termes économiques, politiques ou encore sociologiques. Mais parce que les chiffres ne disent rien sur les souffrances, et des misères vécu par le citoyen inconnu dans son village ou dans sa keubba, privé des moyens minimaux de vie décente (logement, soins médicaux et éducation), les meilleures définitions de la pauvreté sont celles des personnes qui vivent dans ces difficultés (recueilli par une ONG spécialisée).

je re-cite ces propos pour les faire entendre à qui il veut :

"La misère, c’est quand tu ne sais pas comment fonctionne le monde, un peu comme si tu étais hors du monde."

"La pauvreté, c’est avoir les mêmes rêves que tout le monde pour l’avenir, mais aucun moyen de les réaliser sur terre."

"La pauvreté, c’est devoir mieux me comporter avec mes gosses que quiconque, parce que quelqu’un m’observe."

"La pauvreté, c’est marcher partout, tout le temps, par tous les temps."

"La pauvreté, c’est être traité comme rien, moins que rien, et l’accepter."

"La pauvreté, c’est garder ses secrets, devoir dire des mensonges et faire semblant."

"La pauvreté, c'est de voir son proche mourir lentement sur le tapis à cause d'une maladie facilement soignable ailleurs."

"La pauvreté, c'est ne pas pouvoir évacuer ses malades comme tout le monde

"La pauvreté, me rabaisser, encore et encore, simplement pour obtenir ce à quoi j’ai droit."

"La pauvreté, c'est devoir boire de l'eau infecte, sinon mourir de soif."

"La pauvreté, c'est de se faire déloger de son cartier précaire, parce qu'un homme fortuné vient d'acheter le lot sur lequel ton Brag etait bati."

"Dans le fait d’être pauvre, le pire, c’est de regarder la vie passer et de ne jamais être dedans. C’est difficile, car même si on fait des efforts pour être dedans, on n’y arrive pas. On ne veut pas de nous."

"Le plus dur, quand on est pauvre, ce n’est pas de ne pas avoir de sous, c’est de ne pas être reconnu, c’est de ne pas avoir de place dans la société."

je voudrai pas faire ici un procès d'intention, mais quand les noms de son gouvernement seront rendu public, sidi dévoilera (in)consciement ainsi la marge de manoeuvre réelle dont il disposera (selon moi, assez réduite vu le passé des gens qu'il a choisi d'en faire partie). n'oublions pas qu'il est le candidat de ould Abd alziz. et les moyens colossaux de l'administration ont été mis à sa disposition. je m'en défrise la coiffeuse si c'est avec ou sans son consentement, en tout ca l'a bien favorisé aux yeux des électeurs à sensibilité forte pour le candidat du pouvoir.

le peuple ne marchera pas avec un gouvernement à majorité roumouz alvessad, ça sera vouloir pointer lâchement et froidement un poignard dans la poitrine de la misérable mère déjà souffrante dans son brag perdu dans sa keubba (autrement la mauritanie), cette mère qui continue à nous regarder les yeux fatigué mais ouverts, le regard fixe. comme si elle veut nous dire quelque chose sans vouloir nous blesser.

si Sidi a des difficultés majeures à se passer des roumouz elvessad alors qu'il en a l'envie et l'honnêteté supposée, il peut créer un canal le reliant avec la base (d'autres présidents réformateurs l'ont essayé avec succès) et ce sans passer par l'entourage immédiat. réussir sa mission dans les délais est un art , se doter des moyens subtiles pour y parvenir en est un autre!

ainsi au moment voulu, il peut à son souhait mobiliser la rue et le peuple contre ses forces ô combien pesantes et qui tôt ou tard finiront par l'étouffer ou au mieux lui tourner le dos (Mokhtar, haidalla, Tay en savent qlq chose) pour le museler et le remplacer comme une vieille serviette.

la presse peu jouer son rôle de canaux de communication transparente, mais tout ça est conditionné. il faut qu'il donne le signal de sa disposition à court-circuiter et cramer le joint malade qu'est erroumouz (qui s'agglutinent toujours sur la table et toujours de plus près).

pour finir, et dans le registre des bonnes pratiques, après le respect des dates électorales, le duel radiotélévisé, et esprit fair play des perdant, démission du gouvernement dans les règles de l'art, je souhaiterai que, dans un souci de transparence, le nouveau gouvernement souhaite faire voter une loi obligeant les fonctionnaires d'état (président et ministres) à déclarer leurs biens .. voila une proposition qui risque de faire couler de l'ancre prochainement.

Lambda.