dimanche 1 avril 2007

Les oiseaux de mauvaise augure

Ce qui me frappe c'est la promptitude et l'enguement que les sites negro ont pour la publication de soit-disantes libres expressions qui ne sont en realite que lamentations et incriminations armes futiles des faibles et de ceux qui se caracterisent par leur incapacite de rompre d'avec le passe et de s'investir utilement et activement pour batir un futur radieux.

Je n'en veux pour preuve que ce posting de Bara Ba (symbolisant le discours de tous ces Mbirruuji caggal lammbu (lutteurs en dehors de l'arene). Ce qui est plus frappant c'est que ce discours est le meme. Il aborde le meme theme et fini par lasser. A ce titre j'envoyais un article intitule:<< Passif Humanitaire, Deportes Y'en a marre>>

Le plus naturellement du monde, les gerants du site CRIDEM trouverent que l'article n'etait pas a propos! Pas a propos parce qu'il etait question de pardonner et de taire ces discours de haine et de folie qui ne menent nulle part. Je me permets de renvoyer le corps de l'article etant convaincu qu'il est a propos et rebonjour la censure. Mais qu'a cela ne tienne! Nous sommes libres d'ecrire et vous reconnaissons la liberte de censurer. Ainsi va la vie!


Le texte:

Passif Humanitairei, deportes par ci, regime ethno-genocidaire et tortionaire de Taya par la. On ne cesse de nous rabacher les oreilles avec ces pretendus importantes questions avec une telle legerete et un tel mimetisme qui donnent envie devomir. Je m'adresse ici a tous ces justiciers, guerriers, lutteurs, politiciens du net, a tous ces avocats du diable, a tous ces partisants de gropuscules negro yooo, Haraatine yooo, Beydanes yooo qui sillustrent par leurs fantasmes debiles et leur incapacite de surpassement en faisant de ces sujets leur seule raison d’etre.

1. Nos morts sont morts. Qu'Allah ait pitie de leurs ames. Vos puerilles gesticulations et/ou vos coups de gueules ne les feront pas revenir, Dieu soit loue, car s'ils devaient revenir vous seriez les premiers a fermer vos gueules, a les renier et a vous enfuir. Nos morts sont des martyres et pour cela ils auront leur recompense aupres de Dieu, et quel meilleur salaire que celui-la qui est sans commune mesure avec les « Khouroujeries » que vous recclamez en leurs noms !

2. La deportation a occasionne pour la plupart de ses « victimes » une amelioration qualitative de la vie. Je n’en veux pour preuve que tous ces acteurs economiques quils sont devenus au Senegal, au Mali et par tout ailleurs dans le monde et ce grace a leur creativite et a leur refus de se considerer comme des victimes. Un sage disait que tout probleme porte en son sein son equivalent de semences propices au succes pour tout individu anime d’une attitude mentale positive. L’adage ne dit-il pas a tout malheur quelque chose de bon !

3. Le regime despotique de Taya a permis la naissance d’un eveil de conscience sans precedent dans notre pays. Je n’en veux pour preuve que cette diaspora, qui aujourd’hui participe merveilleusement a l’eveil des conscences. Je n’en veux pour preuve que l’emergence timide certes de leaders politiques qui ont gagne en maturite et font preuve de plus d’audace tout en proposant un projet de societe plus realiste, juste et unificateur.

C’est dire que nous avons la suffusemment de motifs de satisfacftion pour refuser de demeurer dans des lamentations et des incriminations qui ne feront que nous affaiblir et reduire toute action positive en vue de construire une Mauritanie forte et plus unie. Cessons de jouer aux victimes et arborrons une attitude mentale progressive/positive , unissons nos forces et construisons un avenir nettement meilleur completement a notre portee.

Nul doute qu'il y a eu des abus qu'il y a eu injustice mais ce qu'il nous faut c'est de pardonner pour nous liberer nous-memes. Pardonner pour que nous soyons plus heureux. Pardonner pour que nous sortions de cet enfer de haine et de douleur. Le pardon ne profite pas seulement a l’acteur du prejudice, mais il profite sans aucun doute possible a la victime. Si nous refusons de pardonner et vivons avec des ressentiments et de la haine dans nos coeurs nous ne faisons que construire les murs de la separation. Nous pensons que nous-nous protegeons mais en realite nous-nous isolons et devenons des solitaires, ligottes et emprisoners par notre propre haine.

Ces murs de haines (refus de pardonner) que nous elevons vont constituer des freins quant a la descente de la Misericorde. Ces murs de haines (refus de pardonner) vont empecher nos pieuses prieres d’etre exhausees. Ces murs de haines (refus de pardonner) vont nous priver de la faculte de faire de beaux reves et d’oeuvrer pour leur concretisation. Les versets 37, 40, et 43 de la sourate 45 (Ach-Choura)illustrent le caractere superieur et benefique du pardon.

J’entends deja les vociferations de ces irreductibbles, refusant tout pardon qui retorqueront en citant les versets 39, 41et 42 de la meme sourate. Je leur dirai qu’en toute chose il y a progression et dans ce cas de figure Dieu lui meme parle de facon evolutive et conclue par la meilleur action a faire :le pardon (verset 43). Ne soyons pas tetus et bornes (refus de pardonner)pour rater les benedictions de Deu. Soyons promptes a changer, a pardonner.

Pour terminer je m’en vais vous raconter cette vielle histoire : Il etait une fois un capitaine de bateau qui navigait dans une nuit de plomb. Soudain, il apercut une lumiere vive en face et se dit qu’il allait tout droit rentrer en collusion avec la dite lumiere. Il se rua sur sa radio et envoya un message urgent demandant a ce quil prenait pour un navire de changer sa course en virant 10 degres Est. Quelques minutes apres il recut un message retour.

Ce message disait.<< Je ne peux le faire, changez votre course 10 degres Ouest » Le capitaine piqua une colere. Il envoya cet autre message : << Je suis capitaine de vesseau, je vous demande de changer votre course>>. Quelques minutes plus tard il recut un message retour qui disait :<< je suis un matelot de seconde classe. Je ne peux prendre cette decision. Changez votre course>>.

Le capitaine piqua une colere plus aigue. Il envoya ce dernier message qui disait :<< Je suis un bateau de guerre et je ne vais pas changer de course !>>. Il recut un court message qui disait :<< Je suis un phare sir. faites votre choix.>>

Bien des fois nous sommes a l’image de ce capitaine de bateau, nous pouvons etre bornes et tetus. Nous pouvons evoquer toutes les raisons pour lesquelles nous allons refuser tout pardon. Ils ont ete mechants avec moi.Ils m’ont fait trop de mal. Je ne vais pas pardonner.

Si tu ne pardonnes pas ceux qui sont sur terre, tu ne meriteras pas le pardon de ton Seigneur. Si tu refuses de pardonner tu t’attires la peine. Tu empruntes le chemin de l’auto-destruction. Le pardon est un choix qui mene au salut

HatteJallo



www.cridem.org