dimanche 30 septembre 2007

Sidoca ou l'homéopathe sympatoche

Un type innocent ne peut faire de politique , car il ne peut pas être un salaud. Un homme politique naïf est une catastrophe pour son pays. Les hommes politique médiocres sont des naïfs, qui se font des illusions et cela a des conséquences fâcheuses. Si l'homme politique est naïf, il est dangereux .Ce sont des choses apparemment simples, mais au fond très importantes. Ce qui est curieux, c'est que l'expérience montre combien se trompent les gens qui se croient très intelligents . Les vrais hommes politiques sont ceux qui ne se font pas d'illusions . Autrement, ils nuisent, ils sont dangereux pour leur pays .
Car le pouvoir est une calamité, pourquoi un homme normal ou apparemment normal comme SIDIOCA accepte-t-il le pouvoir, pourquoi accepte-t-il de vivre préoccupé du matin au soir alors qu'il a déjà mérité une retraite confortable? Sans doute parce que dominer ou plaire (Le cas de SIDI) est une seconde nature chez lui.
Dieu fasse qu'il garde toujours à l'esprit, que le pouvoir est la grande malédiction de l'humanité dit le FOU
maatala

jeudi 13 septembre 2007

refléxions de Lambda

Dans la solitude choisie et dans le calme, je m’assois et médite la situation et le devenir de ce pays.

Je déroule dans ma tête les souvenirs et les événements qui se passent depuis voilà deux longues décennies.

Je médite le fil d’événements récents … et ce qu’est entrain de devenir le pays. Le grand vide vers lequel nous nous dirigeons.

Pourquoi ma plume est si paresseuse à écrire ? refuse-t-elle de donner son encre comme si c’est du sang qui coulait ?

Est-ce la faillite intellectuelle qui frappe de temps en temps ? ou bien est-ce la lassitude de l’écriture ? Qui ne donne pas de résultats face aux cerveaux asséchés.

Qu’avons-nous gagné en écrivant ? A-t-on bâti des statues à notre éffigie sur les carrefours de la ville ... ou a-t-on frappé les tam-tam en notre honneur ? Sommes-nous entré dans l’Histoire avec ceux qui y sont entrés ?

Ou bien c’est l’insolence et le dégout du devenir de ce pays dont on n’a plus d’espoir en sa réforme dans le court terme sauf en faisant intervenir les tremblements de terre, les volcans, et autres catastrophes naturelles que seul Allah peut envoyer pour châtier les mécréants des anciens peuples de sodome.

La vie est devenu une espèce de routine qui se renouvelle sans que rien ne change. Comme disait Hassan II à l’approche de sa fin et en voyant le dinosaure Mobutu mourir pas plus de 40 kilo: plus les choses changent plus c’est la même chose.

C’est la répétition lassante et insolente parfois dégoûtante, souvent ridicule.

Le journal à la radio, TVM parlant des audiences … des conseils de ministres qui se reproduisent et se ressemblent, l’irak ensanglanté, Palestine toujours occupée, et puis cette guerre inévitable entre Bush et l’Iran dont la date fatidique est sur le point d’être fixée.

Tels sont les débilités qui nous donnent une migraine chronique.

La Mauritanie, à l’instar du monde musulman, est plus que divisée (je ne parlerais pas des divisions ethniques locales): un groupe qui se prend pour le groupe « sauvé » alvir9a annajiya et qui ne s’occupe que d’excommunier (attakvir) les autres en fraudant les textes et les ecrits religieux et en aidant les petites dictatures à s’enraciner par la prolifération des interprétations à contre sens des écritures.

Un 2eme groupe qui attend l’apparition de almahdi almountadhar, troisieme prétend que ce dernier est apparu en Inde. Quatrieme fait la propagande que Almaçi7 addajjal serait l’occident mécréant. Ben Laden a appelé les USA à choisir entre l’islam ou bien donner aljizya tout en se faisant petit (3an yadine wahoum çaghirouna). Cinquième groupe croit aux capacités de Sidi la3tach de faire quelque chose (pour eviter le mot le mot changement qui maintenant évoque le dégout), sixieme croit que Yahia jammeh peut guérir le Sida, septième, huitieme …

On se perd dans les méandres de la multitude des groupes.

Réformes Politiques .. ha ha ha .. Democratie, ha ha, transparence ? NON !, tout cela n’est pas drôle !

L’application de la démocratie dans le monde arabo-musulman reste à nos jours dans les meilleurs des cas une application symptomatique sans que cela touche le fond des choses.

Pourquoi ?

Notre monde souffre de deux handicaps majeurs :

  • absence d’exemple à suivre dans son Histoire.
  • L’érection de l’occident contre l’avènement de la démocratie sur ses terres par un processus interne.

Comment ?

Hormis la courte période où le Prophete PSL prenait en main les affaires de l’Etat de Médine, l’histoire du pouvoir (tarikh el7oukm) au sein des musulmans peut etre resumé en trois époques clés : au bedut déchirements (Alyoune karrama allahou wajhahou face à Mou3wiyata, ce dernier aidé par son comandant rusé am’r ibn al3aç dont je doute sérieusement de sa bonne fois, ould ahmedou wah serait une version light du premier), cette guerre frantricide à donner lieu à l’installation des oumeyades au pouvoir et la loi de la jungle avec eux. Cette dynastie commence par l’assassinat de al7ouçeyne petit fils du prophète à Karbala sans merci et sans avoir besoin d’une fatwa.

Cet assassinat est sans doute le crime le plus odieux de l’Histoire de l’humanité, la tête décapitée sera envoyé au palais à Damas, histoire d’assouvir l’instinct le plus bestial et sanguinaire du calife oumeyade en place à l’epoque + la destruction de la ka’aba apres s’etre bombardée. Nous sommes en face de deux evenements majeurs qui ont façonné le cours des choses qui ont succédé.

La prise du pouvoir par Alyazid ibn moaawiya, constituerait la première régression directe perpétrée contre l’islam en tant que grande idéologie progressiste et libératrice, venue liberer les nations des carcans des ténèbres des moyen age.

S’ensuit la dynastie sanguinaire de Al3abbaçiyine à commencer par Abou Al3abbass le sanguinaire (assafa7). Mais c’est Abou Ja3far Almençour le pere fondateur de cette dynastie qui dit dans une khoutba : « Ô gens, je ne suis que l’ombre de Dieu sur terre, je vous gouverne avec son orientation et sa guidance. Je suis le trésorier de ses biens, je les distribue à sa volonté, et les donne avec son autorisation ».

Le premier régime théocratique venait de naître.

C-à-d nous avons une personne qui gouverne au nom de Dieu et tire sa légitimité de Lui et non pas du peuple. Il n’est pas responsable devant ses semblables.

Autrement il n’a de compte à rendre à personne. Ce même principe va se manifester bien plus tard chez un certain Ould Taya quand il lance à la figure d’un simple contrôleur d’Etat venu lui parler d’une injustice: L’Etat c’est Moi !

Abou Ja3far avait un groupe des Oulémas qui lui fabriquent les fatwa sur mesure comme Ibnou abi leyla, Ibn abi hind, et Abou 7anifa.

Abou 7anifa n’a pas supporté longtemps l’humour changeant et les demandes excentriques du Calife.

Il s’est rebellé, et par la suite il a connu la torture et l’emprisonnement comme tout intellectuel intègre et honnête. Abou 7anifa est décédé empoisonné.

Abou 7anifa est le contraire de 7amden, ould ennini et autres petits comandants théoriciens de la dictature et de la soumission éternelle au gouverneur du moment. Ceux-là ne mourront jamais en martyrs.

Cette grande mascarade digne du moyen âge ténébreux débouche sur 3açr almamalik qui continue à exister et à s’enraciner jusqu’à nos jours.

La manifestation la plus frappante du système mamlouki trouve sa démonstration dans des régimes tels que le Yemen actuel ou la Mauritanie. Les audiences sélectives du dit president et les conseils des dits ministres comme symptomes mamlouki des temps modernes travestis.

En plus de cet handicap de taille qu’est la sécheresse qui frappe notre imaginaire commun et le mal que nous avons à produire un exemple de pouvoir réussi qui nous est propre, s’ajoute le fait que l’occident (civilisation dominante du moment) préfère et encourage les systèmes ténébreux autocratiques et pourris de ce monde dit arabo-musulman.

Pourquoi et comment ?

Premièrement, je prétends -sans exagération et sans avoir l’impression de sortir de mes limites- que je connaît et je comprend l’occident, la mentalité occidentale, politique Française, Jacques Chirac, Sarkozy, bush père et bush fils plus que n’importe quel autre président arabe (y compris Sidi la3tach).

Et ce, pour avoir vécu en occident presque le tiers de ma vie et après m’être libéré de la culture du bâton à l’orientale qui fait que le cerveau doit être façonné à marcher contraint et forcé ... et jamais guidé par la conviction.

Je sais quand ils parlent vrai, quand ils mentent, et quand ils lancent des compliments

Par conséquent, je peux dire que l’occident fera toujours de telle sorte à avoir à traiter avec un petit gouverneur arabe genre sa majesté ou son excellence. Et jamais avec un président fort et réellement élu par son peuple.

Il savent qu’ils obtiennent immédiatement ce qu’ils désirent en toute aisance et en toute simplicité avec un président corrompu qui baigne dans l’insécurité et la peur du lendemain.

Contrairement à l’allié israelien qui ne donne jamais un accord instantané sans passer par l’étape obligatoire de validation au knesset. En israel, il y a une démocratie.

De ce qui précède, on voit que tout ce que nous disons sur la démocratie et la reforme politique n’est autre que poudre aux yeux, tapage sur la nuque.

Et pour que les choses « changent » en restant la même chose (hassan II) il faut la corruption, il faut que la politique dans ces pays reste toujours dans une impasse.

Cher lecteur, La mal-gouvernance, l’enrichissement illicite, désintégration de l’Etat, ça n’est pas des symptômes sporadiques ou aléatoires, non c’est le but !

En réalité, vous, lecteurs et moi nous avons notre part de responsabilité.

Pourquoi ? Nous avons patienté des années durant, les larmes aux yeux comme si cela ne nous concerne pas.

Notre grande cause chers lecteurs ... notre Problème reste le culte de la personne aggravé par l’absence de démocratie ... notre génie à reproduire toujours le même modèle de dictature.

Le Changement et la reforme ça n’est pas le changement des individus à la tête de la pyramide.

L’obstacle -contre l’avènement d’une vie meilleure- n’est pas ces personnes à la tête de l’Etat, contrairement à ce qui pourrait paraître.

Ces personnes, viennent du même environnement que le notre, nous ne les avons pas importé comme nous importons le lait ROSE ou 3alimet teytou.

Ça n’est pas non plus dans l’absence des infrastructures, cela n’est que symptômes de la maladie qui est la mal gouvernance chronique.

Tel est le vrai fléau, l’amour du pouvoir, la longévité au pouvoir sans autre ambition aucune.

Et comme a dit l’Historien anglais Jon lakton : « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument »

Si notre pouvoir n’est pas corrompu, alors il l’est absolument. Face à un tel pouvoir corrompu, comment voulez-vous que sidi la3tach soit ?

Au stade où il est aujourd’hui, il n’est pas plus mauvais que Ould taya en 85 : sympathique, plutôt effacé, sans caractère saillant.

Tout le monde sait ce qu’il est devenu 10 ans plus tard.

Le Destin des peuples et leur devenir ne doivent pas être des champs d’expérience.

Avec un peu de reflexion et un peu de travail intellectuel, on constate que le pouvoir corrompu trouve ses racines dans le peuple soumis.

La soumission est la mère nourricière de la dictature.

Les peuples qui se soumettent à leurs destins sans réfléchir ne méritent pas la démocratie.

La liberté a un prix cher, sans payer le prix, pas de progrès mérité.

En vous souhaitant bon ramadan et bonne rentrée,

Lambda.